30 ans et toutes tes dents?

Ne laisse personne prendre en charge ton patrimoine, ta famille ou toi-même.

J’ai longtemps cherché quelque chose à écrire. Une histoire, une idée, une invention. Et depuis quelques temps, je me suis surpris à écrire en réponse à des questions que je recevais de mon entourage. Une question ici, une autre là. On apprécie toujours que les gens viennent nous voir pour un conseil. Mais je restais toujours sur l’impression que je n’avais pas complètement transmis le message que ces questions étaient en droit de recevoir. Qui au fond a envie d’écrire ou lire un texte de 1 500 mots sur sa page Facebook? À part Mathieu Bock-Côté je veux dire. Alors, on va à l’essentiel, on garde le momemtum captif, on élude les subtilités, on fait fit de contradictions réelles ou apparentes. Et parfois, parfois, on arrondit la vérité, histoire que la pâte de cette mince pointe de tarte qu’on vient de servir colle un tant soit peu.

Bien sûr, on peut en jaser en prenant un verre.

Mais soyons sérieux, qui a vraiment le goût de passer 20 minutes un vendredi soir à se faire expliquer les tenants et aboutissants de la non-marginalité financière de ne pas couper soi-même ses légumes. Question importante s’il en est une. En même temps, je n’ai jamais réussi à rester passif plus que 2 minutes en entendant quelqu’un amalgamer maladroitement les concepts de l’efficience moderne, de l’allocation de ressources personnelles et les carottes.

Ma mandoline, moi, je l’aime. Beaucoup.

Elle me permet de conserver mon expertise. Celle avec laquelle je bâti ma vie tous les jours. Celle que je répare et consolide jalousement parce que ça ne s’achète pas, et que le jour où tu réalises que tu ne l’as pas, tu dois la louer. Louer une expertise : donner un dollard*effort pour épargner un effort. Wow.

Je ne parle pas de l’expertise technique des métiers qui permet de greffer un poumon, de réparer un moteur ou de penser que tu es dont indispensable au bureau. Je parle de ce qui fait que, dans la vie, tu n’es pas seulement bon dans ta job. Que ta capacité, non pas à subvenir à tes besoins, mais à faire croitre ton patrimoine existe. En dehors de ton chèque de paie. Parce qu’avouons-le, il part vite lui.

Car c’est bien là où nous en sommes : l’omniprésence de la sous-traitance dans notre quotidien. Comptable. Contracteur. Conseiller financier. Mécanicien. Courtiers de toutes sortes.

Mais au fond, qu’est-ce que tu veux faire, tu n’as pas le temps. Et les choses faut bien qu’elles se passent. Sinon c’est sur toi qu’elles vont passer.

Loin de moi l’idée de penser que tu peux tout faire 30ans et toutes tes dents-Insert1ça toi-même. Sauf que même lorsque vient le temps de transférer la gestion d’un projet personnel à autrui, tu devrais toujours rester en contrôle de celui-ci. Conserver la gouvernance. Pas simplement via ton pouvoir décisionnel d’apposer ta signature au bas d’une page. Le contrôle de donner la direction, de choisir l’angle d’approche, d’évaluer le rendu, de comparer la performance avec tes pairs, de choisir la prochaine étape. Donner le ton. Le sous-traitant ne devrait être rien de plus qu’une branche exécutive de ton organisation familiale. Tu es, et dois rester, le président de ton propre conseil d’administration patrimonial. Toujours. C’est une illusion de penser le rester si tu ne comprends pas ce que te raconte le VP aux affaires-qui-ne-te-tente-pas. Peut-être que tu te dis qu’au fond ce n’est pas grave, parce que le VP aux affaires-que-tu-ne-comprends-pas s’en occupe. Et bien, je te l’annonce : ce n’est plus toi qui décide. De rien. L’asymétrie d’information est ta pire ennemie.

Alors quoi?

Alors, planifier, gérer, s’informer, évaluer, prévoir, superviser, redéléguer, débriefer.

Recommencer.

En voyant tous ces mots, ces tâches, qui demandent du temps, peut-être te mets-tu à regretter le bon temps passé lors de ton dernier traitement de canal. Pourtant c’est ici que la magie commence! Ralentir le temps, à moins d’aller très vite, c’est impossible. Positionner le temps autour de toi par contre, c’est à la portée de tous. Si tu contrôles ton agenda, tu contrôles ta capacité à augmenter tes connaissances. Quand tu possèdes la connaissance, tu bonifies tes expertises. Si tu possèdes l’expertise et l’information, tu ne fais plus que contrôler ton agenda; tu crées l’Agenda.

30ans et toutes tes dents-Insert2Je le sais. T’es pressé. Tu n’as pas le temps. Ta tête est aujourd’hui remplie de plus de tâches à accomplir que tu n’en avais hier. Et certainement moins que demain. Tu repousses à plus tard ce que le major SS Kourterm a décidé. Je me brosserai les dents demain. Ce n’est pas facile de changer une dynamique, trouver par où, par quoi commencer. On ne change jamais nos habitudes sans incitatif. Nos pantoufles, on les aime. On surfe sur les défis et les impondérables, car sur le coup, c’est toujours plus facile et moins long. Jusqu’à ce que … Jusqu’à ce qu’on réalise le plaisir qu’on aurait pu s’éviter de se faire percer l’émail avec une mèche en inox 100microns à 5000rpm pour se faire aspirer les restants d’un nerf mort et repartir à la maison avec une patate buccale imaginaire à 800$. Ça sert un peu à ça optimiser l’allocation de ses ressources matérielles et temporelles.

Éviter l’évitable. Anticiper le futur. Vérifier ses parachutes. Tracer un trajet. Et surtout, y indiquer où tu peux trouver les toilettes en chemin.

Donc, pourquoi ce blog? Pourquoi ces thèmes? Peut-être parce qu’un jour je suis revenu chez moi avec une dent en moins.

Photo pour promouvoir partage

Enregistrer

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. La retraite : un projet poche. Visez l'indépendance financière

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée


*