Le 3 ne fonctionne plus

Un avenir financier ça se ne bâti pas avec des vieux réflexes

On a assurément reçu des conseils de finances de la part d’un parent. Rempli d’honnêteté et de bonne volonté. Ce qui leur a réussi, l’expérience du vécu, de l’éprouvé. Mais sous le couvert de l’expérience passée se trouve des images figées dans le temps, des réflexes, des contextes qui ne sont plus.

Il est important de se rappeler qu’à 25-35 ans, ils ne baignaient pas du tout la même dynamique socio-économique que la nôtre. Sans être nécessairement simple, la planification était beaucoup plus linéaire. Tu n’avais pas besoin d’étudier longtemps pour travailler. Tu commençais à recevoir un revenu d’emploi dans la début vingtaine. Pas de mise de fond pour une maison provenant du REER. Pas de CELI. Pas de REEE. Pas de courtage direct. Un fond de pension. La retraite à 65 ans comme objectif. De l’inflation à qui mieux mieux.

Un emploi, un compte-chèque et un REER. Merci, bonsoir.

Une autre époque.

Aujourd’hui la retraite ce n’est plus un objectif. Au mieux, c’est un état. Bien sûr on va la prévoir, mais ce ne sera pas un amas de projets reportés. On ne va pas réaliser les projets qu’on aime dans 30-35 ans. On va les faire dès que l’on peut. Tantôt si possible. On ne prononce plus de phrase commençant pas « À ma retraite, je vais [insérer ici un voeux réalisé trop tard] ». On est ailleurs.

On consomme différemment, nos relations sociales ne sont plus les mêmes, on repense notre rapport au travail. Mais pendant ce temps, on continuerait à magasiner et acheter des produits financiers avec une approche du temps de Distribution aux consommateurs? Ce ne serait pas être très conséquent avec soi-même.

On les connait les ingrédients du plan financier nos parents. Cotiser à son REER tôt – Rencontrer son conseiller financier à la banque – Choisir des fonds communs de placement – Voir son comptable pour les impôts – Ne pas investir soi-même en bourse – La p’tite caisse – Steak – Blé d’inde – Patate.

Ah bon.

Faut avouer que ça ne respire pas l’actualité pour une société qui a changé. Pourtant, cela a fait la job diront-ils. Peut-être. Un fil RCA aussi ça a fait la job. Rien n’empêche que les 2 sont aux mieux des pis-aller de nos jours. Tu auras beau nourrir des aspirations, être indépendant d’esprit, vouloir vieillir différemment, développer des projets qui te sont propres, laisser devant toi quelque chose d’unique, si tu fais tout ça avec des vieux outils, des vieux réflexes, l’image sortira grise. Assurément.

N’empêche qu’on les entend tous ces conseils qui datent d’une autre époque et on doute. On les écoute, on s’interroge. Souvent quelque chose sonne faux n’est-ce pas?

« Mon gars, les obligations du gouvernement, c’est la chose la plus sûre que tu ne peux pas avoir. Quand j’avais ton âge cela a protégé mon capital et m’a permis d’économiser pour une maison ». OK. Et quand j’entends à la télévision que l’inflation est plus élevée que mon rendement, la suite des choses c’est quoi? Mettre la télévision au 2 ou au 3?

« Mon neveu, ta maison c’est ce que tu as de mieux pour t’enrichir. J’ai acheté ça à ton âge en 1985 et as-tu vu combien ça vaut aujourd’hui? ». Tu peux être sûr que je l’ai vu le prix. C’est ça que je vais payer, moi. De peine et de misère. Clairement, tu vas t’enrichir.

On a le droit de développer une approche spécifique à notre mode de vie et à nos objectifs. Obtenir de vrais outils personnalisés, ça doit aller de soi. Ils devraient être disponibles en temps réel, peu importe où tu es, adaptés à ton style de communication. Et surtout, beaucoup moins couteux qu’il y 5 ou 10 ans.

Devoir payer 2-2.5% de frais de gestion, accompagné d’une rencontre annuelle : ce n’est pas normal. Ce n’est plus normal.

On a droit à plus. On a droit à mieux. Mais la plupart des banques ne te donneront probablement pas ces outils de prime abord. Tu devras les demander. Peut-être les exiger. Peut-être t’en aller. Mais une chose est sure, c’est qu’il n’y a plus lieu de se faire dire par un conseiller que c’est comme ça dans l’industrie de la finance.

Laquelle industrie au juste? La sienne ou la nôtre?

Parce que oui, aujourd’hui il y en plus qu’une.

Photo pour promouvoir partage

Enregistrer

Commentaires

Loading Facebook Comments ...

2 Trackbacks & Pingbacks

  1. L'investissement en bourse est idéal pour les Milléniaux - Se Payer En Premier
  2. Les obligations d'épargne du gouvernement? Non merci. Il y a mieux!

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée


*